On m’a envoyé chez le mauvais oncle pédophile à la maternelle déjà, parce qu’une fois j’avais fait mine de ne pas vouloir rentrer en classe après la récré … Ce qui s’est passé là-bas a été chronologiquement une atteinte sexuelle, une agression sexuelle puis un viol … Il y a aussi eu l’été de mes 10 ans dans le sous-sol, cet ami de la famille dont tout le monde vantait la gentillesse, m’a pris la main et m’a obligé à toucher son sexe en érection … Puis l’été de mes 11 ans, le viol sur la plage, il y a eu des témoins, ils se sont tus … Puis le viol pour mes 13 ans, juste parce que je dansais devant un garçon lors d’un d’anniversaire … Les sévices et les viols au pensionnat par certains des encadrants … La personne a qui j’avais eu le courage de me confier m’a roué de coups pour me faire comprendre une fois pour toute qu’on ne parle pas de ces choses là … Un autre viol pour mes 18 ans et enfin j’ai pu porter plainte : « Et vous étiez habillée comme ça ce soir là » m’a demandé le policier qui a pris ma déposition, car le jour du dépôt de plainte c’était la canicule et j’avais mis un dos nu… « Non monsieur, je portais un jean et un t-shirt ce soir là … », et quand bien même aurai-je été court vêtue, cela aurai t-il justifié un viol en réunion Est-cela que vous sous-entendez Quand vous avez vécu cela, on vous traite d’aguicheuse, de menteuse, de diablesse, de traînée, de droguée, de folle, dans le but de vous discréditer au cas où vous parleriez … Cela vous colle une de ces envies de hurler, cette injustice, mais n’en faites rien car on vous passera la camisole … et on vous fera interner pour schizophrénie ou autre pathologie psychiatrique. Si malgré tout, vous ne devenez pas folle et tenez tête à ceux qui vous empêchent de parler vous risquez de vous retrouver à la rue. Sans toit et sans ressources vous devenez une proie pour les réseaux criminels (prostitution, drogue, terrorisme etc. …)Si malgré tout cela vous survivez et retombez sur vos pieds, on vous proposera les emplois les plus toxiques, (ne vous en faites pas, il y aura toujours une place pour vous à l’atelier de sérigraphie) puis quand vous irez chez le médecin vous faire soigner, vous aurez droit à un bon cocktail de médicaments bien toxiques eux aussi … Les conséquences : à 9 ans je m’empiffrais et m’enlaidissais pour que cela n’arrive plus, à 14 ans je décidais de ne pas avoir denfants de peur quon leur fasse la même chose ...

#3aDq4n - Autres - 23/11/2017


55 vue(s) 4 Soutiens Réaction(s)
Mon fils a 4 ans. Il poursuit sa sœur et sa cousine (toutes deux 7 ans) et leur soulève la jupe. 1fois, 2 fois, 3 fois.. je me lève, je lattrape et dun coups sec je lui baisse le pantalon. Mon mari, mon frère, mon beau-frère : mais quest-ce que tu faits - la même chose quil fait aux filles. Ma mère : elle a parfaitement raison, eux :Tu exagères ! Je nai jamais revu mon fils manquer de respect envers une fille....

#yQDkpu - Autres - 13/11/2017


72 vue(s) 19 Soutiens Réaction(s)
-de 14 à 19 ans contrainte de faire des fellations à un proche de mon père -à 14 ans suivie dans la rue par un inconnu qui ma mis plusieurs fois la main sur mes fesses -à 15 ans plaquée dans un recoin pour me forcer à lembrasser -à 15 ans 20 minutes dans le train face à un homme qui se masturbe -à 16 ans plaquée par mon flirt pour avoir refusé daller plus loin que des baisers -de multiples attouchements dans le métro -29 ans piégée derrière ma caisse par un client qui voulait me voler membrasser de force, heureusement quun autre client est arrivé -pendant plusieurs semaines mimiques de baisers à distance par un autre client que javais accueilli par mon plus beau sourire (professionnel) -50 ans Patron me réclamant un baiser :ça nest pas méchant un baiser.. -56 ans Tous les jour le même client qui membrasse sur les joues et tente de glisser vers la bouche, avec sa main qui me prend le bras et le rate parfois en touchant malencontreusement ma poitrine.. sauf quand mon mari est là. Dans ce cas il me serre la main simplement.. Voilà, je ne suis quune femme ni belle ni moche, surtout pas provocante et pourtant jai vécu de nombreuses situations dagressions sexuelles que mon mari considère comme sans importance et qui lui font dire aujourdhui si il a un geste tendre a non je nai pas le droit.. cest une agression.. Et il ne comprend pas que je narrive pas mépanouir sexuellement .....

#kUe8Rx - Autres - 13/11/2017


58 vue(s) 10 Soutiens Réaction(s)
Je suis une femme de 70 ans aujourdhui. À lâge de 10 ans, jai subi un viol. Le garçon était un jeune homme âgé de 16 à 18 ans, il était placé dans un centre de délinquance de voreppe (38), et mon père lavait pris comme travailleur agricole pour une saison je pense. Il a pratiqué sur moi un viol, mais mon cerveau a tellement verrouillé les évènements que je ne me souviens que dun acte tronqué ma mémoire a bloqué lensemble des faits. Voilà pourquoi il faut se battre pour lever la prescription sur ce genre de crime et léducation Nationale doit former les jeunes à ce genre de risque que peuvent encourir ceux, garçons ou filles, qui pratiquent ces faits. Ne pas oublier que le viol est a 80 pour cent subi par les femmes et les 29 pour cent restants le sont par les hommes, dont hélas nous ne parlons pas du tout ou très peu. Socks

#YZGN5z - Autres - 10/11/2017


61 vue(s) 13 Soutiens Réaction(s)
Raphael B, montpellier On était en couple mais nous navions jamais rien fait. Un soir il mavait proposé daller chez lui, il y avait une fête. A cette période javais 17 ans et lui 19, je navais donc pas la voiture, il mavait proposé de dormir chez lui (il y avait son frère) Au final, à la fin de la soirée, ses amis sont partis et son petit frère nétait pas là. Il nous a enfermé derrière lui de manière à ce que je ne puisse pas sortir de létage où était sa chambre. Arrivé le moment de dormir, il na pas comprit que je ne voulais pas, je le repousse 1 fois, 2 fois, 3 fois... il continue... je finis par laisser tomber et le laisse continuer en lui répétant que je ne veux pas. Je men sors avec de gros hématomes entres les cuisses et un sentiment de culpabilité de mettre laissée faire

#yrz4YX - Autres - 09/11/2017


50 vue(s) 11 Soutiens Réaction(s)
Cest en lisant des témoignages que je me rends compte du niveau dintériorisation culturelle de la domination masculine. Si je regarde dans le rétro, si je fouille dans ma mémoire (sans trop defforts), je retrouve de multiples situations qui relèvent de cette domination, avec plus ou moins de violences physiques: un animateur de colo aux mains baladeuses (jai 12 ans) un mec qui nous poursuit sur 10 km (nous avons 15 ans avec ma pote) un autre qui me menace de viol après mon refus de coucher avec lui, je me souviens de la peur, de ses mains qui ne me lâchent pas, de son assurance dans la force (jai 16 ans) un mec qui se masturbe dans la rue en me regardant le nez collé à la fenêtre de mon appart (jai 21 ans) la même scène à la fac au fond de lamphi (jai 22 ans) il y a quelques années un attouchement dans le métro bondé, un baiser forcé, et régulièrement il y a aussi quelques années des insultes lorsque je maffichais avec ma copine. Il aura fallu que je remette tout ça bout à bout pour admettre que jai moi aussi, comme tant dautres subi des violences. Je nétais pas convaincue au départ par la démarche mais force est de constater que la libération de la parole dépasse ce que chacun aurait pu imaginer. un sujet politique est en train denvahir le débat public.

#6nwZ9c - Autres - 08/11/2017


50 vue(s) 5 Soutiens Réaction(s)
La seconde fois, jétais étudiante et je louais une chambre chez un particulier. Au départ, il semblait sympathique. Ses enfants avaient quitté la maison depuis plusieurs années et il semblait faire cela pour avoir de la compagnie. Souvent quand je le croisais, il me proposait un chocolat ou de regarder un film. Jai invité mon petit ami. Il ma reproché de ne pas avoir éteint la lumière, puis de salir les escaliers. Je ne ressentais pas ça juste comme des reproches mais comme une façon dimposer son autorité. Javais fait quelques choses de mal en invitant mon copain. Une autre fois alors que je rentrais, il a demandé à me parler et cétait étrange car je voyais son écran dordinateur où des images de femmes à poil tournées et où lui voyait bien que je les voyais. A lépoque, ça mavait mis la puce à loreille mais en discutant avec des amies on avait dédramatisé lévénement en pensant à tout ces gars qui mettent des photos de femmes nus sur leur lieu de travail. Finalement, il a débarqué un matin dans ma salle de bains en peignoir et ma fait un discours pour mexpliquer quil voulait coucher avec moi ! Je ne savais pas trop quoi faire. Bien sûr, je ne voulais pas couché avec lui mais ses comportements précédents : ses petites crises dautorité et sa façon de me mettre sous les yeux des images érotiques me faisaient penser quun non ne suffirait pas et que, je passerai mon année à repousser ses avances... Je décide de partir. Discussion avec des amis. Certains veulent que je pose une main courante, dautre me dise que ça arrive de tomber amoureux... JE travaillais comme pionne à lépoque et la CPE de mon établissement a téléphoné au CROUS pour que je puisse avoir rapidement une chambre. Dans mon contrat de location, il était noté que si je partais avant la fin de lannée, je lui devais malgré tout les loyers. LE sentant homme à ne pas lâcher laffaire. Jopte pour la main courante. Monsieur était déjà connu des service de polices pour des faits similaires : il avait envoyé des photos de lui nu et des sex-toys à une femme dont il était amoureux. De plus, il a effectivement pas lâcher laffaire et jai dû avoir recours à des associations daide (APU) pour ne pas payer le restant des loyers... Cela a pris plusieurs mois.

#NQB0ka - Autres - 08/11/2017


80 vue(s) 8 Soutiens Réaction(s)
Javais une vingtaine dannées et je partais seule en voyage en Allemagne en bus. Le gars à côté de moi a passé sa nuit à me mettre la main sur la cuisse, je le repoussais, il attendait quelques minutes et il revenait à la charge. A lépoque, je voulais passer inaperçue, je me demandais ce que les gens penseraient de moi et je nai pas osé crier ou lengueuler mais je nai pas dormi de la nuit, jai passé mon temps à repousser sa main.

#gWniDx - Autres - 08/11/2017


66 vue(s) 4 Soutiens Réaction(s)
violée à lâge de 6 ans par mon père. Mes larmes coulent, lui ferme les yeux en sadonnant à son plaisir. Jai envie de vomir, et ne comprend pas pourquoi papa fait pipi dans ma bouche. Il usera de tous les stratagèmes pour me réduire au silence. Jai 8 ans. Il rentre ivre mort avec un de ses copains qui au bruit des ronflements de mon père, lui donne le signal quil peut à son tour profiter de moi. Il tente de me violer, mais heureusement ma mère arrive et le jette dehors. Enfance ravagée. Innocence détruite. Je ne suis plus quune merde coupable de ce qui sest passé. Je ne vaut rien. Je ne mérite rien. Jentre dans le monde professionnel, quand un adjoint au Maire profite que je suis seule dans mon bureau, pour me sauter dessus et membrasse de force. Alors que je tentais de me reconstruire, voilà cet élu qui anéanti tout. Retour à la cas départ. La petite fille est de retour. Devenue femme, elle se rend compte quelle ne vaut toujours rien. A mon père, à son copain, à ladjoint au maire, à tous ces pervers que jai croisé caché derrière une voiture, un arbre pour se masturber sur mon passage et celui dautres gosses, dautres femmes.... VOUS NAUREZ PAS REUSSI A ME DETRUIRE. Ce fut dur, tentatives de suicides en autre, mais jai relevé la tête. JE SUIS VIVANTE ET JE VAIS BIEN. Allez vous faire F..... vous ne mavez pas eu et ne maurez JAMAIS. En revanche, nous vos victimes ont vous aura, car un mouvement est en marche, et plus rien ne larrêtera.

#p68Ozs - Autres - 07/11/2017


42 vue(s) 9 Soutiens Réaction(s)
jai 63 ans, je me souviens de cette jeune femme noire qui se frotta le sein sur ma main alors que je tenais la barre centrale dans le métro. il y a de cela environ 40 ans. il n y avait personne directement autour de nous, car il y avait de la place dans le wagon. Cétait un après-midi et je fus très surpris. Mais je lai laissé faire puisque visiblement elle aimait ça. Après quelques arrêts intermédiaire, elle est partie sans rien dire.

#EZQ6DV - Autres - 07/11/2017


51 vue(s) 6 Soutiens Réaction(s)