J’ai 27 ans. Je travaille dans un service culturel de Loire Atlantique. Il aime le jazz. Ce soir-là, je travaille à la billetterie. Un homme de 50 ans, élu local, représentant associatif arrive avec ses copains. Il fait semblant de laisser un billet par terre. Je le récupère. Il me met une main aux fesses. Tout le monde rit grassement. Je suis décontenancée. Je n’arrive pas à lui dire « GROS CON, TU VEUX MON POING DANS TA SALLE GUEULE DE MERDE ». TU VEUX QUE JE T’EXPLOSE CONTRE LE MUR DU SON JE VEUX DES EXCUSES SINON TU NE METS PLUS LES PIEDS ICI………

#F5a6u9 - Milieu-professionnel - 07/11/2017


44 vue(s) 5 Soutiens Réaction(s)
Un metteur en scène d’une ville portuaire bretonne pouvant même participer à des causes féministes. Dans des discussions pour une embauche…. « De toutes façons, il faut une « jupe » dans la compagnie, les programmateurs aiment ça ». Je refuse de travailler pour ces réflexions débiles… Il m’a pourri ma réputation par la suite.

#K1Wgpk - Milieu-professionnel - 07/11/2017


38 vue(s) 4 Soutiens Réaction(s)
Un pédophile ma agressé, il ma touché et masturbé pendant toute la durée dun film et ma fait croire que je lavais voulu.... Javais 9 ans. Il sappelle Serge V et jespère quil grillera en enfer, là où est sa place. Jespère aussi quil na pas fait de mal à dautres enfants, en dehors de ma soeur et moi. Je regrette de ne pas lavoir dénoncé à lépoque, mais jétais trop petite et il avait une trop grande affluence sur mes parents, ils ne mauraient pas cru. Je me libère de ce poids aujourdhui. Merci.

#3BaxiY - Milieu-professionnel - 06/11/2017


77 vue(s) 3 Soutiens Réaction(s)
Deux témoignages ou comment des professionnels profitent de lisolement d’une femme célibataire qui vit seule alors quils sont censés laider: - Il y a plusieurs années, en région parisienne, je suis malade et dois faire venir un médecin à domicile, je sens son érection contre mon épaule, je suis assise et lui debout. Paralysée par la stupéfaction, le doute et la peur, je nose rien dire . Plus tard jai trouvé le courage décrire à LOrdre des Médecins, ils nont apporté aucun crédit à mon témoignage et ont soutenu que leur confrère était irréprochable. Jai laissé tomber. - En 2016, en province, larchitecte à qui jai fait appel pour construire ma maison me drague de plus en plus lourdement puis menvoie des mails insistants au début jétais gênée, dautant plus quil ne me plaisait pas du tout et était marié comme il mettait tout par écrit (lidiot!!), 4 fois je lui ai demandé, par écrit, darrêter, de plus en plus fermement il est toujours revenu à la charge, mécrivant le jour et la nuit, menvoyant même un SMS à caractère sexuel. Je me sentais de plus en plus envahie, javais peur. Il faisait comme chez lui dans ma maison. Jétais paralysée, démunie, sous une forme demprise car javais peur de me mettre en colère, peur quil plante mon projet et quil sabote le chantier. Jétais prise en otage avec les dates de mon déménagement et il le savait. Je me sentais comme un objet de ses pulsions. A la fin jai craqué, en larmes jai demandé à mon père, qui habite loin, de téléphoner à larchitecte pour le recadrer. Après cela il sest tenu à carreau et était un peu plus respectueux. Jai eu beaucoup de soucis techniques après la réception du chantier fin 2016, jai écrit à lordre des Architectes en mentionnant au passage le comportement de ce monsieur ils lont soutenu techniquement quitte à écrire des âneries, et ne mont posé aucune question sur son comportement! Aujourdhui, jai une avocate et laffaire technique est au TGI. Elle mettra en annexe tous les mails de ce charmant Monsieur.

#Qg8awo - Milieu-professionnel - 05/11/2017


93 vue(s) 10 Soutiens Réaction(s)
Bonjour, je nai pas réussi à trouver ton prénom, mon cochonnet, mais lhistoire reste la même. Tu appartiens à une grande famille nombreuse et donc balancer ton nom reviendrait à blesser inutilement beaucoup de gens qui nont rien demandé. Rien de bien méchant à première vue, mais une goutte dans ce torrent de libération, pour que la honte change de camp une bonne fois pour toutes! Cétait en 2008 ou 2009. Jétais représentante de lEtat à une assemblée dacteurs économiques dans un hôtel luxueux. Seule femme, seule invitée de moins de 30 ans. La réunion se termine, on passe à table. Nous bavardons debout en nous dirigeant vers nos places. Mon nom est indiqué à la table centrale, avec les huiles du secteur, Etat oblige. Un des hôtes sadresse ainsi à moi : Anne, pose donc ton gagne-pain sur la chaise, quon puisse commencer à manger. Silence gêné autour de la table. Décontenancée, je pose ma tête sur la chaise en répondant Je ne vais quand même pas manger comme ça. Petits rires soulagés de lassistance et on passe à table. Un chercheur invité me ramène à la gare de RER en me disant quil est scandalisé. Durant les heures et les jours qui ont suivi, ma colère a grandi. Cette phrase a animé quelques discussions entre amis pour connaître la meilleure réponse. 10 ans après je me souviens encore parfaitement de la moutarde de lhumiliation. Aujourdhui, je répondrais probablement autrement, en faisant explicitement et calmement référence au fait quon insinue que je suis une pute, ou que mon interlocuteur cache maladroitement une pulsion sexuelle de vieux crouton frustré. Avec le sourire, bien sûr, histoire de ne pas me faire taxer dhystérique. A chacun de comprendre et apprivoiser ses propres pulsions (et Dieu sait quen tant que femme jen ai parfois des violentes)!

#35HZnk - Milieu-professionnel - 05/11/2017


58 vue(s) 7 Soutiens Réaction(s)
je suis une femme j ai 51 ans .Dans mes debuts professionnelles.j ai aussi subi un sexisme habituel et inacceptable.Dans une réunion de cadres .on me fait lever pour me presenter .Un cadre a alors plaisante d un rire gras .on comprend le succes des visites medicales .Plaisanterie auxquelles on repondu les autres cadres par les memes rires gras ...je me suis senti chosifier .capable juste par mon physique ! ceci est seulement un extrait de tout ce que j ai eu a subir rien que parce que je suis nee femme.

#9gptKu - Milieu-professionnel - 05/11/2017


35 vue(s) 5 Soutiens Réaction(s)
Une histoire parmi d autre elle raconte celle de ma mère . Mon père étais décédé depuis quelque mois . Un ancien ami de mon père frappe a la porte un soir en lui demandant de lui offrir un café. Quelque minutes plus tard il lui fait des avance. Ma mère refuse. Il la menace en lui disant que si elle ne faisait pas ce qu il lui demande , ces enfants la retrouveront mort le lendemain. Mon frère avait 9 ans et moi 2 ans . Pour nous protéger elle a subit ce viol. Pendant des mois après nous avons dormi tout les 3 .... . Je suis un femme et parfois j aimerait faire justice moi même ...

#2IochW - Milieu-professionnel - 03/11/2017


41 vue(s) 11 Soutiens Réaction(s)
En lisant les divers témoignages, je me suis rendu compte de quelque chose qui nétait pas une évidence pour moi au départ, mais qui en est une maintenant : labsence de non ne veut pas dire oui. Cétait il y a 3 ans, je tavais embauché L. dans mon entreprise pour un CDD de quelques mois. Le courant passait bien entre nous, et tu me plaisais. Je suis marié, avec un enfant, et passionnément amoureux de ma femme, mais jétais attiré par toi et jaurais aimé que tu sois ma maîtresse. Je tai plusieurs fois tendu la perche, avec des sous-entendus ou de manière frontale. Mais peut-être nas tu jamais cru à mes paroles. Je tai déjà pris dans mes bras, caressé lépaule ou la cuisse, embrassé tendrement sur la joue, jai failli une fois tembrasser sur la bouche mais ne voyant aucune réaction de ta part jai suspendu mon geste,et tu mas dit avec un sourire arrête tes bêtises. Je nai jamais su si tu étais daccord avec tout cela. Tu ne men as jamais parlé, tu ne mas jamais dit non. Et aujourdhui, je me dis que cette absence de réaction peut être due à de la gêne, de la peur, de la honte, que tu penses que je suis un porc mais que noses pas me le dire. Aujourdhui on peut se considérer comme amis, tu connais ma famille, et tu ne veux sûrement pas gâcher tout cela, peut-être même que tu penses que cest de ta faute alors que tout est de la mienne. Et de mon côté non plus je nose pas ten parler. Aujourdhui, avec tous ces témoignages, je me suis rendu compte que mon comportement était indigne et créateur de violence pour toi L., que mon interprétation de non réaction par rapport à ces comportements étaient pour moi un pourquoi pas de ta part alors quen réalité cela doit être très probablement un sale porc. L, très sincèrement, je suis profondément désolé pour ce comportement et le mal que jai pu te faire. Je sais que cest facile de dire cela, voir même très lâche de le faire à travers ce message, mais cest peut-être le premier pas qui me fera venir vers toi avec des excuses en face et assumer mes actes si tu demandes justice.

#j8VoAL - Milieu-professionnel - 02/11/2017


82 vue(s) 7 Soutiens Réaction(s)
Cétait un rédacteur en chef du journal Nice-Matin, il sappelle Michel C*, il exerçait des chantages sur les journalistes. Beaucoup ont cédé pour garder leur place. Jai refusé ses avances et il ma cherché de plus en plus de noises pour finalement me faire mettre à la porte. Jai eu un mal fou à retrouver du travail. Dautres journalistes ont subi le même sort que moi.

#gnzyuh - Milieu-professionnel - 01/11/2017


41 vue(s) 3 Soutiens Réaction(s)
Que la parole se libère, oui, bien sûr. La question est quen faire Comment interpeller la justice Comment avancer dans le processus de reconstruction Comment faire avancer les relations hommes-femmes Quant à balancer, cela me fait penser à une certaine époque......

#TaEcUB - Milieu-professionnel - 31/10/2017


50 vue(s) 6 Soutiens Réaction(s)